mardi 1 décembre 2015

01/Sommaire

  • Un mal familiale.
  • Se dit d'un caractère, d'une maladie qui s'observe chez plusieurs membres d'une même famille. (En général, le caractère familial d'une affection traduit son origine génétique.)
  • Ignoré de toute la famille qui se manifeste par:                                                    
  • Des difficultés pour lire.                                                                                                    
  • Des difficultés pour apprendre et retenir un texte.                                                           
  • Des difficultés pour le calcul, les mathématiques, la géométrie.                                     
  • Des difficultés pour retenir des chiffres (codes par exemple)  
  • Des difficultés pour écrire, sans faire de faute d'orthographe.              
  • Des problèmes aussi de surdité E T C...  
  • Je suis Dyslexique et par chance nous avons au 21 éme siècle de merveilleux outils.
  • Calculettes simple où scientifique*, Correcteur d'orthographe*,
  • Traducteur (Translateur)*Français-Anglais-->autres Langues.
  • Aide à la programmation HTML5*.
  • Et bien d'autre outils.

                                                                     *** Sommaire***

Un temps de vie, un temps de ma vie

Un temps de ma vie
Un chemin très accidenté
Où chaque heure fuit
Cette triste réalité que...
J'ai peine à vous compter.

  1. Sommaire
  2. Mes images vidéos
  3. Existerions nous sans un début et une fin
  4. Début d’inconscience
  5. Enfance rejeté, transbahuté 
  6. Mes origines (Généalogie)
  7. Souvenir marqué par le sang
  8. Début d'incompréhension 
  9. Adolescence et turbulence (dangereuse)
  10. Passage obligé vers la majorité 
  11. Obligations militaire
  12. Enfin adulte
  13. Denise 1966/1970
  14. Procédés Dorel 30 ans de métier  
  15. Evelyne 1970/1975
  16. Divorce désastreux (désaveux)
  17. Patricia enfin (la femme de ma vie)
  18. Arrivée de Stéphanie 11/09/1977
  19. Bientôt quarante ans de mariage
  20. Dernière bataille avec Denise
  21. Groupe èlectrogèloz 1981/1998
  22. Cinq dernières année (Roissy CDG)
  23. Nos deux maisons (le feu)
  24. Je les avais aimés
  25. La retraite 2005(début associatif)
  26. Vie déo et des images
  27. Tragique mais héroïque D C de Dominique 

samedi 15 août 2015

03/Existerions nous sans un début et une fin

Les maillons de la chaîne 

Existerions nous sans un début et une fin 

Monnèry Marie-Louise 13 Juillet 1883--27 Octobre 1971


Monnèry Gilbert-Marie 20 Mai 1904--18 Octobre 1971
Nos arrières grand-Parents
Delahaye Eugene-Henri né le 15 juillet 1859
Fils de Delahaye Charles-Alfred & de Bricaille Henriette-Léonide
Lacroix Victorine-Augustine Née le 16 Mai 1869
Fille de Victor Lacroix et de Delanoix Lucienne Augustine
Si vous n'avez rien compris je mettrais des paroles aux actes 
Delahaye Henriette Augustine Née le 10 Septembre 1893
Décédée le 25 Mars 1976 à Drancy
Mauvaise rencontre peu-être

 Il reste la souche de la naissance de notre mère

Notre grand-père Luppu (Louis) était commis boucher, il avait faillit être expulsé de France suite à une altercation avec la police, sauvé par la notoriété de son frère il avait dû travailler comme ouvrier dans son usine Jacob-Delafon et faire ses preuves pour obtenir un poste plus important, il avait été certainement obligé de quitter notre grand-mère qui ne faisait pas partie de leur  milieu, il avait sans doute eu beaucoup de mal ce qui pouvait expliquer, plusieurs retour avec notre grand-mère avant un départ définitif. 
(J'ai une coupure d'un journal de l'époque qui prouve mes écrits)
Quatre enfants sont nés de cette union:
George 1921, Suzanne (Notre mère) 1923, Raymonde 1924, et Jean Marcel Lucien 1926, Jacob Luppu (Louis) fut déchu de paternité le 3 Aout 1931 par jugement de Corbeil.

jeudi 30 juillet 2015

04/Début d'inconscience

Début d'inconscience

20 Septembre 1945

Pourquoi ce sous titre, parce que je crois que de zéro à cinq où six ans la conscience ne retient pas les souvenirs sauf si comme moi un souvenir est venu graver votre tête pour le restant de votre vie.

Mathématiquement ce petit bonhomme a été conçu en janvier 1945.                                                                                               
La mère sur ! ! ! le papa peut-être.            
Pourquoi cette phrase ci-dessus et bien parce que sur ma naissance et la façon dont j'ai été élevé laisse planer un grand doute,
une personne avisée m'avait dit (en sous-entendu) que j'avais été peut-être conçu, sans amour...Enfants d'un autre{voir le rapport de cette époque} Une voyante avait vu ce fait, juste que je n'étais pas le fils du père que l'on croyait ! ! !      
Bon ceci-dit mon père celui que je considérai comme tel, ne m'avais jamais montré la moindre affection, je me souviens que quand je souhaitais l'embrasser il tournait la tête.                                      
                                                                                                                
                      Cette parenthèse étant dite, voici la suite.                               
    
        à droite notre  mère 31 ans A gauche notre tante 30 ans en 1952 dans les rues de Paris les deux sœurs, de rare fois ensemble.                                                            

A cet âge notre mère avait déjà quatre enfants, Alain, né en 1942 à Verdun
{Dieue exactement} notre père avait été mobilisé la-bas au début de la guerre contre les Allemands proche de la ligne Maginot, notre mère avait rejoint son compagnon avec le fils de celui-ci, Jean-Claude né en 1934 d'une première union, de notre père.                                                             
Notre mère connaissait notre père depuis ça plus jeune enfance, j'avais même entendu qu'il l'avait vu naître (Le livreur de lait et sa charrette à cheval dans Brie sur marne) le père avait vécut une idylle avec la mère de Jean-Claude, mais elle aurait étés de courte durée deux ans environ,  une Bretonne qui avait eue le mal du pays et retourna vivre chez ses parents, mon père ne l'avait pas suivi par peur du lendemain peu-être.                                                                       
Elle est décédée de la tuberculose peu de temps après leur séparation, notre  père avait récupéré son fils, reconnu avant la fin de leur histoire.                                                                                                            
A 16 ans notre mère était tombé amoureuse du livreur de lait elle attendait toujours son passage avec impatience, alors quand elle avait appris qu'il était libre, elle lui fit comprendre qu'il était l'homme de sa vie, il ne lui dit rien à cause de sa jeunesse et leur différence d'âge 20 ans, elle su le convaincre un peu plus tard il était ensemble avec Jean-Claude à Dieue près de Verdun.                                         
Après avoir été démobilisé en 1941, ils sont restés à Dieue  dans la Meuse ou ils s'étaient mariés le 8, Novembre 1941 il restèrent jusqu'à la naissance d'Alain en 1942.  Ils sont retourné en seine et marne, à Brie sur marne chemin de la montagne  chez ma grand-mère maternelle, le père avait appris le métier de tapissier, sellier. 


Acte de leur mariage Le huit novembre 1941 à Dieue Meuse 

Après Alain arrive René

   Naissance de notre frère rené 18 Juin 1944 peu avant la fin de la guerre.
 A la libération, après une dispute avec ma grand-mère, notre père avait fait une demande de logement et obtint une H L M . à Paris 13 ème proche de son travail.  
à la fin de la guerre pas de chômage, il avait participé à la restauration de beaucoup de salle de cinéma et de théâtre le Gaumont palace, l'Alambra le cinéma Pathé etc.
Concernant les fauteuils et strapontins dans un Paris de règlement de compte ou régnait un grand cahot, avec la montée sur Paris de la deuxième D B division Leclerc, suivi des alliés.                                    
                                             Arrivée de René

                                      Ici à environs 13 ans

Bah mon premier crie n'a certainement pas été plus fort que celui de notre mère, après trois garçons avec mon demi frangin (côté père) les parents attendaient autre chose dommage pour eux, mais aussi pour moi.                                                                                                                                                          
Un petit retour sur l'actualité du 20 septembre 1945, pas grand-chose même ma naissance, n'avait touché personne.
Ce 20 septembre, le comité du Congrès pan-indien, réuni sous la direction du Mahatma Gandhi et du Pandit Nehrurejette les propositions britanniques d'autonomie interne et demande au Royaume-Uni de quitter l'Inde.                                        
Rien d'autre de plus grave que la bombe atomique sur Hiroshima
    La nouvelle de la destruction d'Hiroshima parvient à Tokyo le 7 août, laissant le gouvernement japonais sceptique et sans réaction.           
    Le 8 août,l'urss entre à son tour en guerre contre le Japon, conformément aux accords de Yalta.
    Le 9 août c'est Nagasaki.
    Le 15 août, l'empereur du Japon, Hiro-Hito, annonce la capitulation, sans  condition de son pays.   
     Le 2 septembre 1945, la capitulation japonaise est signée à bord du Missouri, provoquant la fin de la Seconde Guerre Mondiale.                                                                
    Jean-Claude derrière à droite  Alain  à gauche René
     
    En partant de la gauche Alain 7 ans, René 5 ans, Lucien 4 ans,
    Raymond 2 ans, Jacques 8 mois, notre tante Raymonde 26 ans 

    mercredi 29 juillet 2015

    05/Enfant rejeté transbahuté

    Enfant rejeté, transbahuté

    1947 Naissance de Raymond
    Début d'une enfance transbahuté, tantôt à droite tantôt à gauche au gré des 
    nombreuses grossesses de notre mère

    1949
    à 4 ans 
    J'ai peu de souvenir de cet âge, l'école la récréation, ma petite boîte ayant la forme d'un coffret, avec un couvercle arrondi, à l'intérieur ma mère mettait un petit casse-croûte pour le midi.
    Chaque enfant mangeait dans la cour ou le pré-haut, (pas de cantine dans les années 50) l'école était rue des cinq diamants dans le quartier de la butte aux cailles à Paris.
                                                                            *********
    Dans les années  50, Alain, René, moi et Raymond étions placés, chez la grand-mère à Brie sur marne, nous étions gardés par la sœur de notre mère Raymonde ou par notre oncle Jean le frère de notre mère, qui était très dur avec nous, pour nous punir il nous faisait mettre à genoux sur un manche de pioche les mains sur la tête, un temps qui nous paressait infini, il était diabolique, c'est toujours lui qui tuait les poules et les lapins pour les vendre ou les manger.
    C'était en général Notre tante, Lulu qui nous accompagnait et nous ramenait de l'école, je me souviens que pour y aller nous traversions de petits chemins, en pleine campagne, un parcours  interminable de deux kilomètres souvent dans le froid matinal.
       
    En raison du peu d'écart d'âge qu'avait avec nous, Lucienne nous la considérions plus comme une sœur, une copine, pas notre tante 
    Avec son frère Eugène ils étaient les deux derniers enfants de notre grand-mère, notre grand-mère les avait eues avec son deuxième mari Dijon  troisième compagnon.
    Le premier avait été, Mathieu un postier, de ce mariage est né André.
    Le deuxième, Jacob Luppu d'origine roumaine (Louis en français) c'était le frère de celui qui avait révolutionné les sanitaires Jacob-Delafon.
    L'entreprise Jacob-Delafon est fondée en 1889 par Emile Jacob (1850-1919) et le négociant parisien Mauris Delafon (1856-1933)

    Historique 
    • 1889
      Cléo
      Jacob Delafon naît de l'association de messieurs Emile Jacob et Maurice Delafon qui prévoient en cette fin de siècle le développement de l'hygiène et de l'hydrothérapie. Ils fondent dès lors une usine à Pouilly-sur-Saône (21) et entreprennent la fabrication de sanitaires en grès émaillé.
      Le développement constant de la fabrication des appareils sanitaires les amène à faire l'acquisition d'une usine à Belvoye (Dole-Jura – 39 ). Celle-ci se spécialise dans la production d'un nouveau produit, le « granit-porcelaine », qui rapidement vaut à la Société une notoriété mondiale.

    Avec Jacob notre grand-père, notre grand-mère avait eue cinq enfants George 1922, Suzanne 1923 (notre mère) Raymonde 1924, et deux autres morts peu de temps après leurs naissances (dont un Lucien qui n'avait pas vécu très longtemps),                       notre grand-père avait quitté le domicile conjugal et avait été déchu de ses droits de paternité, par le tribunal de Corbeil(94)
    Notre grand-père avait refusé le mariage avec notre grand-mère, après dix années de vie commune il l'avait quitté, avec ses cinq enfants à plusieurs reprises puis définitivement.

    Voilà ce qui est écrit dans le jugement du tribunal {le sieur Jacob Luppu à plusieurs fois quitté sa compagne et ses cinq enfants puis définitivement le 17.9.1929}.
    Le tribunal civil de Corbeil (94) a rendu le jugement d'abandon de famille le 3.12.1931.
    Après quelque années notre grand mère a rencontrée et c'est mariée avec notre nouveau grand-père Dijon.
    Notre grand-mère, et son nouveau compagnon pour survivre cultivaient un lopin de terre et vendait leur petite récolte sur les marchés dans une petite charrette de quatre saisons, qu'ils tiraient à bout de bras.
    Après le marché notre grand-mère fabriquait des bouquets de fleur artificielle qu'elle assemblait très méticuleusement, petit travail à domicile pour arrondir, ses fins du mois difficiles, parallèlement elle gardait des enfants de l’assistance public et nous, notre grand-mère était très courageuse et fallait bien nourrir cette grande famille.
    Petite anecdote un jour d'été très chaud et humide nous avions joués toute l'après-midi dans le près en pente juxtaposé à la maison, de notre grand-mère, ce même jour j'ai été poursuivi par un insecte énorme noir (une grosse guêpe ou un bourdon).
    Le soir le ciel c'est noirci des grosses goûtes de pluie commençait à tomber, puis des éclaires énormes et de la grêle, tout le monde est rentré très vite, j'étais assis à côté de mon frère Raymond, quand soudain une gosse boule de feu est passée et nous a frôlé, nous avions étés vraiment très choqués, nos tantes Lulu et Raymonde, nous ont frictionné avec de l'eau de Cologne, nous étions devenues tout blanc très choqués c'est vraiment le mot.
     Ce phénomène est rare déjà remarqué au début du siècle dernier  
    Images Wikipédia
      description de cette boule
    En général elles sont attirées par un courant d'air, voir même le compteur électrique 
    Ouf plus de peur que de mal, depuis nous avons une grande peur de l'orage.
    *****
    1948 Arrive Jacques, qui termine la première série, voici la raison de notre ballottage,
    Encore un frère et de six.