jeudi 30 juillet 2015

04/Début d'inconscience

Début d'inconscience

20 Septembre 1945

Pourquoi ce sous titre, parce que je crois que de zéro à cinq où six ans la conscience ne retient pas les souvenirs sauf si comme moi un souvenir est venu graver votre tête pour le restant de votre vie.

Mathématiquement ce petit bonhomme a été conçu en janvier 1945.                                                                                               
La mère sur ! ! ! le papa peut-être.            
Pourquoi cette phrase ci-dessus et bien parce que sur ma naissance et la façon dont j'ai été élevé laisse planer un grand doute,
une personne avisée m'avait dit (en sous-entendu) que j'avais été peut-être conçu, sans amour...Enfants d'un autre{voir le rapport de cette époque} Une voyante avait vu ce fait, juste que je n'étais pas le fils du père que l'on croyait ! ! !      
Bon ceci-dit mon père celui que je considérai comme tel, ne m'avais jamais montré la moindre affection, je me souviens que quand je souhaitais l'embrasser il tournait la tête.                                      
                                                                                                                
                      Cette parenthèse étant dite, voici la suite.                               
    
        à droite notre  mère 31 ans A gauche notre tante 30 ans en 1952 dans les rues de Paris les deux sœurs, de rare fois ensemble.                                                            

A cet âge notre mère avait déjà quatre enfants, Alain, né en 1942 à Verdun
{Dieue exactement} notre père avait été mobilisé la-bas au début de la guerre contre les Allemands proche de la ligne Maginot, notre mère avait rejoint son compagnon avec le fils de celui-ci, Jean-Claude né en 1934 d'une première union, de notre père.                                                             
Notre mère connaissait notre père depuis ça plus jeune enfance, j'avais même entendu qu'il l'avait vu naître (Le livreur de lait et sa charrette à cheval dans Brie sur marne) le père avait vécut une idylle avec la mère de Jean-Claude, mais elle aurait étés de courte durée deux ans environ,  une Bretonne qui avait eue le mal du pays et retourna vivre chez ses parents, mon père ne l'avait pas suivi par peur du lendemain peu-être.                                                                       
Elle est décédée de la tuberculose peu de temps après leur séparation, notre  père avait récupéré son fils, reconnu avant la fin de leur histoire.                                                                                                            
A 16 ans notre mère était tombé amoureuse du livreur de lait elle attendait toujours son passage avec impatience, alors quand elle avait appris qu'il était libre, elle lui fit comprendre qu'il était l'homme de sa vie, il ne lui dit rien à cause de sa jeunesse et leur différence d'âge 20 ans, elle su le convaincre un peu plus tard il était ensemble avec Jean-Claude à Dieue près de Verdun.                                         
Après avoir été démobilisé en 1941, ils sont restés à Dieue  dans la Meuse ou ils s'étaient mariés le 8, Novembre 1941 il restèrent jusqu'à la naissance d'Alain en 1942.  Ils sont retourné en seine et marne, à Brie sur marne chemin de la montagne  chez ma grand-mère maternelle, le père avait appris le métier de tapissier, sellier. 


Acte de leur mariage Le huit novembre 1941 à Dieue Meuse 

Après Alain arrive René

   Naissance de notre frère rené 18 Juin 1944 peu avant la fin de la guerre.
 A la libération, après une dispute avec ma grand-mère, notre père avait fait une demande de logement et obtint une H L M . à Paris 13 ème proche de son travail.  
à la fin de la guerre pas de chômage, il avait participé à la restauration de beaucoup de salle de cinéma et de théâtre le Gaumont palace, l'Alambra le cinéma Pathé etc.
Concernant les fauteuils et strapontins dans un Paris de règlement de compte ou régnait un grand cahot, avec la montée sur Paris de la deuxième D B division Leclerc, suivi des alliés.                                    
                                             Arrivée de René

                                      Ici à environs 13 ans

Bah mon premier crie n'a certainement pas été plus fort que celui de notre mère, après trois garçons avec mon demi frangin (côté père) les parents attendaient autre chose dommage pour eux, mais aussi pour moi.                                                                                                                                                          
Un petit retour sur l'actualité du 20 septembre 1945, pas grand-chose même ma naissance, n'avait touché personne.
Ce 20 septembre, le comité du Congrès pan-indien, réuni sous la direction du Mahatma Gandhi et du Pandit Nehrurejette les propositions britanniques d'autonomie interne et demande au Royaume-Uni de quitter l'Inde.                                        
Rien d'autre de plus grave que la bombe atomique sur Hiroshima
    La nouvelle de la destruction d'Hiroshima parvient à Tokyo le 7 août, laissant le gouvernement japonais sceptique et sans réaction.           
    Le 8 août,l'urss entre à son tour en guerre contre le Japon, conformément aux accords de Yalta.
    Le 9 août c'est Nagasaki.
    Le 15 août, l'empereur du Japon, Hiro-Hito, annonce la capitulation, sans  condition de son pays.   
     Le 2 septembre 1945, la capitulation japonaise est signée à bord du Missouri, provoquant la fin de la Seconde Guerre Mondiale.                                                                
    Jean-Claude derrière à droite  Alain  à gauche René
     
    En partant de la gauche Alain 7 ans, René 5 ans, Lucien 4 ans,
    Raymond 2 ans, Jacques 8 mois, notre tante Raymonde 26 ans 

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire